Nous utilisons des cookies afin de vous garantir la meilleure expérience dans notre atelier.

La plasticité

Quand on modèle l’argile humide, elle conserve la forme qu’on lui donne. Cette propriété, appelée plasticité, est liée à la structure plate ou laminaire des particules d’argile, disposées en couches parallèles qui, lorsqu’elles sont enrobées d’eau, glissent les unes sur les autres.
Plus une argile est plastique, plus elle peut absorber d’eau et augmenter de volume. Mais sa teneur en eau ne doit pas être excessive, car ses particules manquent alors d’adhérence et elle se transforme en une matière molle et visqueuse de moindre plasticité. Lorsqu’une argile est saturée d’eau, il faut la laisser sécher un peu avant de la travailler.
Pour contrôler la plasticité d’une argile, on en prélève une boule que l’on modèle en colombin. Si le fait de recourber ce colombin en forme d’arc provoque l’apparition de fentes ou de crevasses, on peut en déduire que l’argile manque de plasticité et qu’il va falloir la mélanger à une argile plus malléable pour pouvoir la travailler.