Nous utilisons des cookies afin de vous garantir la meilleure expérience dans notre atelier.

La terre

L’argile provient de la décomposition de roches feldspathiques, abondantes dans l’écorce terrestre. Cette décomposition s’effectue sous l’action de l’eau, qui désagrège les roches dont elle entraîne, puis dépose les matières solubles.
Il existe deux sortes d’argiles : les argiles primaires et les argiles secondaires (ou sédimentaires). Les argiles primaires se trouvent sur le site même de la roche-mère. De texture assez grossière et de couleur blanchâtre, elles manquent de plasticité, mais sont d’une grande pureté et ont un point de fusion élevé, tel le kaolin.
Les argiles secondaires ou sédimentaires sont celles qui ont été transportées par l’eau ou les glaciers loin de la roche-mère. Ces argiles sont triées par l’eau en particules de différentes tailles : elle dépose tout d’abord les plus grosses, donc les plus lourdes, puis continue à dissoudre les autres et à les déposer plus loin, les plus fines formant des couches sédimentaires, aux endroits où le courant est presque nul. Bien que fines et plus plastiques que les argiles primaires, ces argiles peuvent néanmoins renfermer des impuretés sous forme d’éléments minéraux ou organiques, qui abaissent leur point de fusion et altèrent leur couleur. Le minéral de base de l’argile est la kaolinite, dont la formule chimique est : Al2O3, 2SiO2, 2H2O.
L’argile est un silicate hydraté d’aluminium, composé d’alumine (oxyde d’alumine), de silice (oxyde de silice) et d’eau.